nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars

Il ne voulait pas être père et pourtant…

Il ne voulait pas être père et pourtant…

Cet article est une collaboration avec Mamanpourlavie.com et a été écrit par Annie Harvey

Simon à 32 ans. Malika, sa fille âgée de 6 ans, est tout pour lui. Papa impliqué, aimant et rigolo, il avoue : « sa naissance est la plus belle chose qui est arrivée dans ma vie ». Pourtant…

Il ne voulait pas être père. Pas là. Pas encore. Ce n’était pas, selon lui, le bon moment : « Les choses étaient plutôt chaotiques avec ma conjointe de l’époque, je venais de débuter un nouveau boulot, je conduisais une vieille bagnole et n’avais ni maison ni économie. » Loin de sa famille, Simon se pose beaucoup de questions, mais une seule le taraude particulièrement : « serais-je à la hauteur, serais-je un bon père? ».

Le coup de foudre

Les neufs mois de grossesse sont passés et, du premier au dernier, Simon ne ressentait pas d’attachement particulier envers l’enfant à naître. Jusqu’au jour où, pour la première fois, son regard s’est posé sur la binette de Malika. « À cet instant, dit Simon, j’ai trouvé que c’était la plus belle enfant du monde et j’ai été envahi d’amour pour elle. Un amour inconditionnel. » Plus rien n’a jamais été pareil. « Un enfant, ça ne change pas le monde, ajoute Simon amusé, mais ça change l’ordre des priorités et ton univers! Devenir papa, ça te fait aussi retomber en enfance et tu reçois des doses tellement grandes, tellement démesurées d’amour que ça donne un nouveau sens à ta vie. »

Message à l’homme qu’il était

Lorsque Malika est venue au monde, Simon avait 26 ans. S’il pouvait remonter le temps, que dirait-il à celui qu’il était à l’époque, l’homme effrayé à l’idée de devenir père? D’emblée il répond : « Tu ne peux plus être égoïste et penser seulement à toi. Tu vas devenir la personne la plus importante aux yeux de ton enfant et ça donnera un sens à ta vie. Tu vas faire découvrir la vie à ton mini-toi et les doses massives d’amour que tu vas recevoir vont compenser pour tous les défis quotidiens qui viennent avec le rôle de papa. Tu vas prendre plaisir à la rendre joyeuse et heureuse et ça te comblera, voilà ce que je lui dirais. »

Quel genre de papa?

Et cette petite Malika, douce et attachante à l’imagination débordante, quel genre de papa a-t-elle? « Je sais être stricte lorsqu’il le faut, explique Simon, mais je suis plutôt dynamique. Malika et moi on peut aussi bien jouer à la Barbie qu’aux Cowboys. On a beaucoup de plaisir ensemble. » D’ailleurs, s’il y a bien une chose qu’il aimerait que sa fille conserve en souvenir, ce sont leurs moments de fous rire avant le dodo « et toutes les niaiseries qu’on fait, précise-t-il.  Sans oublier le fait que je l’aime à la folie et que je ne veux que son bonheur. ».

Si l’on demande à Simon s’il veut d’autres enfants, la réponse ne se fait pas attendre :

« Bien sûr ! Un enfant, ça met de la magie dans une maison et je veux fonder une famille avec la femme que j’aime ! Je veux partager tous le bonheur et les beaux moments que ça apporte, avec elle. Je veux qu’on vive ça, ensemble, du début à la fin. »

*Afin de respecter l’anonymat des personnes, les prénoms ont été changés.

Rythme au travail PM (Saguenay)

En direct de 13:00 à 16:00

1479
100

Rythme au travail PM (Saguenay)

avec Dianne Simard

Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.